GenAmi 
  English
L'association de la généalogie juive 
Facebook




A Singapour : un très beau serment d'allégeance

Par Pascale Hummel - (Extrait de GenAmi n° 21, septembre 2002)

« Le 9 août est la fête nationale de Singapour, nous avons été conviés à assister à la National Day Parade. Nous avons reçu le livret de cette commémoration dans lequel se trouve le serment d'allégeance à Singapour. Le peuple singapourien est composé de chinois, indiens, malais, indonésiens qui représentent autant sinon plus de religions : taoïstes, bouddhistes, hindouistes, chrétiens, juifs, musulmans, sikhs... etc.,. vivant, à ma connaissance, dans une entente sans faille. Il n'est pas rare de voir dans la même rue un temple hindou, une mosquée et une église. Si un pays est représentatif de cette paix des nations que vous souhaitez, je pense qu'il s'agit de Singapour.

"We, citizen of Singapore, pledge ourselves as one united people, regardless of race, language or religion, to build a democratic society based on justice and equality so as to achieve happiness, prosperity and progress for our nation."
"Nous, citoyens de Singapour, prêtons serment comme un peuple uni, sans considération de race, de langue ou de religion, pour bâtir une société démocratique basée sur la justice et l'égalité pour obtenir bonheur, prospérité et progrès pour notre nation."

Ce serment a été écrit, par M. Rajaratnam en 1966, à la suite des problèmes raciaux qui ont eu lieu dans les années 50 et 60. Il a pensé que langue, race et religion étaient des facteurs de division, mais ce serment montre que ces différences peuvent être dépassées si les gens se sentent suffisamment concernés par le développement de leur pays. Ce texte a été soumis à M Lee Kuan Yew, premier ministre de l'époque, qui l'a présenté au parlement. »

Un peu d'histoire

Il est assez indispensable de donner un aperçu de l'histoire de ce petit pays constitué d'une grande île et de plusieurs dizaines d'îlots au sud de la Malaisie.
Synagogue de Singapour

Synagogue de Singapour

Sous administration britannique, à partir de 1826, c'est l'ouverture du Canal de Suez en 1859, qui consacre Singapour dans sa vocation portuaire. Le développement industriel et la diversification des activités permettent de surmonter la crise de 1930. Par crainte d'une invasion japonaise, les Anglais développent une importante base navale, ce qui n'empêche pas l'arrivée des Nippons par le nord. Singapour a été occupée de février 1942 à septembre 1945. En 1953, le People's action party (P.A.P¨) dont le leader, Lee Kuan Yew, devient premier ministre, met en place une constitution. Une indépendance par fusion avec la Fédération malaise est réalisée le 16 septembre 1963 Mais les difficultés se multiplient dès 1964 : troubles raciaux et affrontements meurtriers en été à Singapour, agressions et actes de sabotage indonésiens tout au long de l’année contre Singapour et la Malaisie.

Le résultat de telles secousses est la proclamation de l’indépendance de la république de Singapour le 9 août 1965.

Depuis lors, tous les scrutins ont donné la totalité ou la quasi-totalité des sièges au P.A.P., dont la «démocratie musclée» gère Singapour à la manière d’une grande firme qui étonne par ses performances : contrôle total des médias, grèves jugulées, développement industriel fulgurant, activité portuaire aux premiers rangs mondiaux, place financière de l’Asie du Sud-Est, pilier de l’A.S.E.A.N., urbanisation unique au monde à cette échelle… etc.

Au 30 juin 1996, sur les 3 044 300 Singapouriens, 77,5 p. 100 sont d’origine chinoise, 14,2 p. 100 d’origine malaise, 7,1 p.100 d’origine indienne, et le chinois (mandarin), le malais, le tamoul et l’anglais sont langues officielles, sans exclure de nombreux dialectes. (Encyclopedia Britannica).