GenAmi 
  English
L'association de la généalogie juive 
Facebook




GenAmi - Noms juifs et non juifs

La plupart du temps, un nom n'est pas suffisant pour déterminer la religion de celui qui le porte.

A part de rares exceptions, comme le nom COHEN et ses variantes (CAHEN, KAHN, KOHN...etc.), assez souvent, mais pas toujours comme LEVY ou LEVI ou certains noms bibliques comme MOISE, les noms ne sont pas des "noms juifs", mais ont une probabilité plus ou moins grande d'appartenir à des familles juives ou d'origine juive.

Jadis, pour les Juifs, seuls comptaient les prénoms donnés à la naissance et ils étaient suivis du prénom du père afin de les distinguer les uns des autres.
Ainsi "Isaac Abraham" ou bien "Isaac ben Abraham".
Très souvent, par la suite, lors de la fixation officielle des noms, le prénom du père a été choisi comme nom. Ceci, malgré les interdictions, peu sévères en France, mais beaucoup plus dans les pays de l'Europe du centre ou de l'Est.

Une autre façon de les distinguer, était de les nommer par le nom du lieu d'où ils venaient. Ainsi, à chaque séjour dans une ville, ils pouvaient changer de nom : un Simon GUNZBURG pouvait avoir un fils appelé Moshe ULMO.
On trouve un peu partout des familles FURTH venus de cette ville à différentes époques et qui n'ont aucun lien entre elles. Cette dénomination par des lieux d'origine n'est pas typique : ainsi, on trouve que le logeur de Mozart à Salzbourg se nommait HAGUENAUER et il semble bien que cette famille n'ait jamais été juive.

Les noms de lieux ou les prénoms bibliques étaient fort déconseillés dans l'Empire austro-hongrois ou dans les pays de l'Est où l'on voulait encourager l'assimilation par les noms. Alors, on trouve des noms de métier ou autres noms très ressemblant aux noms de non-juifs.

Comme exemples, on peut trouver en Alsace un très grand nombre de BLUM non Juifs, en Allemagne un très grand nombre de GUTMANN tous chrétiens, en France des MARCUS lorrains qui n'ont jamais été juifs. Dans toutes ces régions ou pays, la population juive portait la plupart du temps le même nom que les autres habitants. Ce qui les fait parfois croire noms juifs, c'est que souvent, les Juifs polonais ou allemands ont été obligés de fuir et, lorqu'on rencontre leur nom en France, on peut penser qu'il appartient à des Juifs.

Alors comment savoir ?
Plus souvent par les prénoms. Mais ils changent suivant les lieux et les dates, fluctuent suivant les modes.

Seule solution certaine : effectuer des recherches généalogiques jusqu'à trouver des preuves, et il en existe très souvent, sous forme de recensements, mariages, circoncisions.

Adressez-vous à GenAmi qui vous aidera.