GenAmi 
  English
L'association de la généalogie juive 
Facebook




Bien interpréter les relevés de cimetières

Jean Bloch

Les inscriptions relevées sur les monuments funéraires constituent une source d’informations importante.

Cependant, il convient d’être prudent et de ne pas en tirer de conclusions erronées, comme nous le constatons parfois.

Ainsi et à titre d’exemple, si Samuel LEVY a bien été inhumé dans le cimetière de Durmenach, cette information n’entraîne pas ipso-facto qu’il soit décédé dans cette dernière commune. Ceci pour une quantité de raisons possibles. En voici quelques-unes, très courantes :

  • Durmenach, comme bien d’autres cimetières israélites, « accueillait » les défunts de plusieurs communes environnantes.

  • Notre Samuel LEVY a pu de son vivant, manifester d’une manière ou d’une autre, sa volonté d’être inhumé dans le cimetière de ses parents ou ancêtres, bien qu’ayant quitté cette région depuis de nombreuses années. Pour preuve, on trouve sur notre site une liste des « ayant droit » du cimetière de Durmenach (Haut-Rhin) où les familles qui avaient réservé leurs places demeuraient dans des communes plus ou moins éloignées, parfois dans d’autres départements français, parfois en Suisse. L’exemple le plus récent est celui de Georges MEYER, le président des « Galeries Lafayette », inhumé à Durmenach, bien que demeurant à Paris.
Lorsqu’il existe un registre du cimetière, le lieu précis du décès est très souvent renseigné, parfois il est gravé sur la tombe même. Dans le cas contraire et s’il n’existe pas d’acte de décès dans les registres de la commune ou se situe le cimetière, il faut procéder à des recherches complémentaires.

Notre association peut vous guider de façon plus précise, à partir des indices recueillis, du cimetière en question et de la famille concernée.