GenAmi 
  English
L'association de la généalogie juive 
Facebook




Expositions commémorant la Rafle du Vel d’hiv

Le saviez-vous ?

Expositions commémorant la Rafle du Vel d’hiv

Par Catherine Tomat

  • « C’étaient des enfants », exposition à l’Hôtel de Ville de Paris

  • Sarah Gensburger, sociologue, spécialisée dans la mémoire collective, est commissaire de l’exposition. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris.
    La Mairie de Paris a tenu à se souvenir de la Rafle du Vel d’hiv les 16 et 17 juillet 1942 où 14 000 Juifs parisiens ont été arrêtés dont 4051 enfants de moins de 16 ans.
    Cette exposition est composée de photos, d’objets, de lettres, de dessins ayant appartenu à des enfants juifs durant l’occupation. Elle recouvre également l’après guerre quand beaucoup d’enfants, sauvés par la solidarité de Français, sont orphelins et en grande difficulté.

      Du 26 juin au 27 octobre 2012 au salon d’accueil de la Mairie de Paris,
      29 rue de Rivoli, 4e arrondissement
      Tous les jours sauf dimanche et jours fériés
      de 10h à 19h, gratuit.
    Sarah Gensburger, commissaire de l'exposition "C'étaient des enfants - Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris"

  • Les enfants dans la Shoah de 1933 à 1945 au Mémorial de la Shoah

    • 17 rue Geoffroy l’Asnier Paris 4e
      Jusqu’au 30 décembre 2012
      Entrée libre, fermé le samedi

    "Les enfants dans la Shoah "

  • Les Archives de la Police à la mairie de Paris 3e

    • 2 rue Eugène Spuller
      Du 16 juillet au 15 septembre 2012
    La préfecture de police expose ses archives concernant la Rafle du Vel d’hiv, liste des juifs, comptabilité de leurs biens, notes des Renseignements Généraux… etc.

    La préfecture de police expose ses archives

  • Les Archives de la Police sous l’Occupation seront en ligne à partir de 2015.

  • Ce sont 15 km d’archives protégées par la loi durant 75 ans qui vont être numérisées et mises progressivement en ligne entre 2015 et 2019.
    Les particuliers vont enfin y avoir accès car jusqu’à présent, seuls les historiens, écrivains et chercheurs pouvaient les consulter.